Quelques passages 

 

... Tôt le matin je suis tiré d'un profond sommeil par un appel téléphonique d'Atlanta en Géorgie. Maudit décalage horaire! A l'autre bout du fil c'est Andy Vickery en personne. C'est l'un des avocats les plus connus et les plus efficaces dans le domaine des procès qui concernent les effets des psychotropes sur l'être humain, c'est ce que nous appelons innocemment les « effets secondaires », dans mon histoire cela inclue suicide, meurtre et massacre. Vickery est un type intelligent et même s'il n'a pas pensé au décalage horaire entre son bureau aux États-Unis et ma maison dans le sud de l'Allemagne, il est déjà pardonné quoiqu'il en soit, Andy Vickery est l'un des rares avocats qui ait pu gagner un procès au profit des parties lésées face à la machine incroyablement puissante des grands labos pharmaceutiques. Vickery a découvert mon existence grâce à internet. Je me suis présenté comme un ex-collaborateur d'Eli Lilly and Company sur You Tube pour annoncer la publication de ce livre. Vickery et tout de suite compris qui était la personne sur son écran.

Le 10 Mars 2007 je prends l'avion pour Atlanta. Andy Vickery m'a invité afin que je puisse apporter le témoignage d'un expert lors du procès concernant un suicide aux Etats-Unis. ...

... C'est là que j'entre en scène. En effet Porter ne prenait du Prozac que depuis moins d'une semaine et cela l'avait tellement perturbé que la seule solution sensée qui semblait se présenter à lui était le suicide. Porter était un homme d'affaires efficace, pas le moins du monde exposé au suicide, pourtant il avait consulté son médecin pour des problèmes personnels. Ce dernier lui avait prescrit du Prozac. « Vous savez, quelque chose qui vous remontera un peu le moral, rien de plus. » En fait, après une semaine de traitement, le moral de Porter était tellement remonté qu'il se tira une balle de pistolet. 

 

La vérité

Toute la vérité

Rien que la vérité

Dieu m'en soit témoin

 

 

 

 

Saviez vous ?

 

... Ils utilisent des images d'enfants qui rient ou de personnes âgées qui dansent par une superbe journée ensoleillée, et pourtant ces images sont trompeuses. Elles sont entachées de mensonge et cela est peu dire 

- Saviez vous que les grandes firmes pharmaceutiques dépensent entre 35000 et 40000 dollars par an et par médecin praticien pour les inciter à prescrire leurs produits ?

- Saviez vous que les soi-disant faiseurs d'opinion, c'est à dire les chercheurs et médecins connus, sont spécifiquement achetés au prix de voyages de rêve, d'articles de luxe ou tout simplement d'argent pour un avis favorable sur les médicaments, alors mêmes que leurs effets secondaires graves et parfois fatals sont de notoriété publique, de manière à écarter les craintes légitimes des médecins et des malades ?

- Saviez vous que les résultats des recherches et les statistiques nécessaires pour l'autorisation de mise sur le marché des médicaments fournis par les  autorités de régulation sont continuellement corrigés? Il devient ainsi impossible d'y trouver une quelconque référence à un décès causé par tel médicament.

- Saviez vous que plus de 75 % des meilleurs chercheurs en médecine sont rémunérés par l'industrie pharmaceutique ?

- Saviez vous qu'il y a sur le marché des médicaments dont l'autorisation n'a été obtenue que grâce à des pots de vin ?

- Saviez vous que l'industrie pharmaceutique invente des maladies et en assure la promotion avec des campagnes de marketing ciblées pour élargir le marché de leurs produits ?

- Saviez vous que l'industrie pharmaceutique s'intéresse de plus en plus au marché des enfants ?

Non, bien sur. La plupart de ces faits vous les ignoriez, je le sais, car l'industrie pharmaceutique a tout intérêt à les taire.

Mes débuts dans l'industrie pharmaceutique.

 

      Lorsque notre médecin de famille (on les appelait comme ça à l'époque car ils se déplaçaient encore dans les familles)  venait voir nos petits, nous parlions souvent de médecine. Il voyait comment nous vivions et je lui avait donné quelques informations sur moi. Je lui avait parlé de mon premier diplôme en médecine et de mes vagues projets de continuer mes études. Lors d'une de ses visites il me fit passer un papier et un numéro de téléphone. « Mon frère travaille comme attaché médical pour l'industrie pharmaceutique, Ils cherchent toujours de nouveaux collaborateurs, appelez les, ils auront peut-être quelque chose. »

 

Je deviens représentant médical.

      Et ils avaient bien quelque chose. J'ai vite découvert qu'un consultant médical était quelqu'un qui parcourt le pays pour promouvoir les médicaments produits par sa compagnie pharmaceutique auprès des praticiens, mais je n'y voyais pas d'inconvénient. C'était en rapport avec ma formation, je remplissais les conditions : connaissances médicales, expérience de la vente et un caractère ouvert. Je ne savais pas encore que mon savoir-faire d'escroc et de margoulin allait aussi m'être très utile. Je fus retenu pour cet emploi et j'effectuai six mois de formation, sans aucune difficulté grâce à mes connaissances médicales. Cela fut suivi d'une familiarisation de six mois avec  les produits de la marque. On nous détailla tout ce qu'il faut savoir sur les médicaments que nous allions vendre. Enfin, pas tout à fait tout. Les effets secondaires et les échecs des essais cliniques ne constituent pas la meilleure des publicités. Ce genre d'informations ne sont pas données aux représentants. La vérité n’est pas vendeuse. Notre formation portait plutôt sur les techniques de vente poussées. Là aussi c'était mon domaine. Après tout j'avais vendu des périodiques inexistants. Vendre des pilules c'était du gâteau par comparaison.

Un dossier sur chacun des médecins / Profils

 

      Tous les représentants ont un dossier sur chacun des médecins de son secteur. La première rubrique du profil concerne la clientèle. Quel genre de malade voit-il ? Quelles affections sont les plus courantes? Et, plus important encore, quels médicaments aime-t-il prescrire? Bien sûr, aucun docteur ne vous dira cela de but en blanc. Il faut d'abord développer de bonnes relations. Pour y parvenir efficacement et cultiver cette confiance vous avez besoin de divers renseignements, tels que leur âge, leur statut marital, le nombre de leurs enfants et la date de leurs anniversaires. Il faut créer des liens, plus ils seront nombreux mieux cela vaudra. Quel violon d'Ingres, voiture préférée, vin préféré, musique préférée. Tout ce qu'ils aiment ou n'aiment pas. Vous devez créer un profil psychologique. Cela fait partie de l'art du métier.

     Ce sont des amorces pour la conversation et des pense-bêtes pour le représentant. Il faut donner à une foule de gens le sentiment qu'ils lui sont chers. S'ils ont l'impression d'être compris ils seront plus enclins à écouter le représentant. Une certaine intimité naît, qui rendra plus difficile le renvoi du représentant cette fois là  ainsi que les suivantes. Quiconque reçoit une carte d'anniversaire se sent reconnu, peut-être même comme ami ? Et les gens ont confiance en leurs amis, ils acceptent leurs conseils.

 

 

<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

 

ga('create', 'UA-48242224-1', 'effet-secondaire.fr');
ga('send', 'pageview');

 

</script>

 

    Quels sont les rêves de votre ami, ses rêves les plus chers, peut-être un voyage dans le Sud, une voiture neuve au de l'argent pour construire sa maison ? L'industrie pharmaceutique en a les moyens. Le discours officiel c'est qu'ils dépensent beaucoup pour la recherche et le développement de molécules actives.

      Eh bien, il y a une chose dont je suis sûr, ils dépensent aussi énormément, sans le moindre doute, pour acquérir et préserver la fidélité des médecins. C'est ce qu'on appelle le marketing et je n'ai rien contre, lorsque cela s'applique de cette façon à d'autres secteurs industriels. Mais il s'agit de médicaments et de la santé de malades. N'attendez-vous pas de votre médecin qu'il prenne une décision objective ? Qu'il prenne sa décision au mieux, selon l'état de l'art dans le domaine de la recherche ? Est-il normal que son choix pour tel ou tel médicament dépende du fait qu'un représentant en pharmacie ait laissé un échantillon gratuit sur son bureau lors de sa dernière visite ? Ou même que le médecin ait parlé avec lui de sa dernière sortie à la voile, tout en sirotant une bouteille de son vin préféré (apportée, bien entendu, par le commercial)?

    J'aimerais dire:  « Non, bien sûr, » bien entendu q’un diplômé d'études supérieures ne se laisserait pas influencer par ce genre de bêtises. Cela signifierait que  les quelques 35.000 dollars dépensés par l'industrie pharmaceutique pour chaque praticien pour payer ces bêtises, le sont en pure perte. Depuis quand les sociétés industrielles avares de leurs deniers jettent-elles l'argent par les fenêtres ?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site